ATTENTION ! Les Editions Elea Bizi ne pourront tenir leur stand aujourd'hui 20 septembre au salon du livre de Cambo. Retrouvez tous nos livres en librairie ou en ligne Livre d'or - ELEA BIZI EDITIONS
Livre d'or
-> Signer le livre d'or

Françoise P.
J’ai lu Souvenirs sans filet , de Luce Buchheit avec beaucoup de plaisir. Que ce soit la mère ou la fillle ,les deux personnes sont vraiment émouvantes. La description de cet espèce d'enfermement de la première sur lequel la psychologie moderne mettrait sans doute un terme est terrible et émouvante. Et puis la solitude de la fille qui l.accompagne au gré des changements de vie....c’est du moins ce que j’ai ressenti. Je me suis régalée avec tous les petits rituels qui accompagnaient l’époque depuis l’examen probatoire que j’avais un peu oublié ( en 64 j’ai dû aller à l’oral de rattrapage !) jusqu’aux lithinés. Un vrai retour nostalgique vers la jeunesse.

Benoit Pingeot
La poésie de Luce Buchheit est une écorchure par laquelle la lumière arrive...

Stephanie
J'ai lu le livre "Hitzemana et autres contes de terres en effroi "de Luce Buchheit; ce sont des nouvelles très faciles à lire mais pour moi, même si je ne connais pas la poésie, l'écriture de ce livre en est une forme; en tout cas, c'est apaisant et un bonheur pour développer son imagination. Intemporel. Merci

Annick
Je lis "au berceau de ses rêves" 3 à 4 fois /semaine, quand je l’ai, parce que je le prête beaucoup. Quand je le lis, ça me fait tellement de bien ! Je suis en méditation. Je vais l’offrir à une dame qui l’a beaucoup aimé. C’est mieux que des chocolats.

jacqueline
J’aime beaucoup la poésie, Luce, mais la tienne est insurpassable. Elle me parle. Elle va droit à l’essentiel. Elle est presque cosmique.

Brigitte
Souvenirs sans filet, le roman de Luc:e Buchheit.Je le lis doucement. C’est dur, peut-être, mais tellement vrai, et j’adore l’écriture, une vraie pièce d’orfèvrerie. Le travail de ciselure est perceptible à chaque page. C’est plutôt du scalpel

MIKI MARTICORENA
B5S
Belle poésie qui parle à l’âme où je suis en pays de connaissance. Merci Luce

Miki Marticorena
ALQP5
Belle poésie qui parle à l’âme où je suis en pays de connaissance. Merci Luce

Pantxika Cazaux
Dimanche 11 Juin 2017 , nous étions à la Benoîterie d'Arbonne (endroit fortement recommandable!) pour assister à une performance artistique au cours de laquelle trois artistes, le peintre Jean Paul Grinay , la flûtiste, Pascale Fauveau . et l'écrivaine-poète Luce Buchheit nous ont régalés, envoûtés et ce malgré le bruit des engins motorisés qui passaient dans les rues de cet adorable village fort animé sous le soleil dominical. Des couleurs lumineuses que Jean Paul Grinay utilisait ont surgi vagues, voiliers et écume sous nos yeux admiratifs. Du néant de la toile blanche et vierge est né un paysage: magique! La flûte véritablement enchantée de pascale Fauveau accompagnait les mots chauds, profonds, les métaphores sensibles et tellement évocatrices des poèmes de Luce Buchheit qui mit en scène avec passion son profond attachement à la Nature, à la Vie. La complicité entre la poète et la musicienne était parfaite. Magnifique duo ! Merci à ces artistes si généreux qui nous ont permis, nous permettent, le temps d'un moment suspendu dans nos existences trop trépidantes, de prendre de la hauteur et de nous sentir meilleurs

Maixan
Avec Luce Buchheit et son recueil ‘’Au berceau de ses rêves’’,...et son art subtil, pétri avec "la chair de la vie", on décolle..elle nous entraine vers les hauteurs où tout prend du sens, et...on aurait envie d'y rester... et pourtant....c'est "au ras des pâquerettes " que ces beaux rêves nous attendent pour y donner le goût d'un "autre monde possible"....Rêvons ..et..vivons !!!. MERCI LUCE d'aider au décollage

Séverine
http://www.severinedabadie.com
Je viens tout juste de refermer ce dernier recueil de poésie « Au berceau de ses rêves »... C'était magnifique, enivrant, captivant... L'ouvrir, c'est ne plus le lâcher... pari réussi ! Habituellement, j'aime que les poèmes soient plus longs et sinueux mais loi du Haïku oblige... cela nous force à synthétiser également nos émotions, à les épurer. Mais surtout, il y a ces envolées, ces fulgurances dont Luce Buchheit a le secret et qui cadrent si merveilleusement bien avec la forme imposée des Haïkus ! ! ! Aussi, les encres de Marie Bonnet reflètent mystérieusement et suavement ces emportements poétiques, il existe comme un pacte secret entre ces mots et ces encres, une émotion primale. En tout cas... MISSION RÉUSSIE ! Je conseille vivement à tous la lecture de ce recueil puissant... Surtout à ceux que la poésie, en général, n'appelle pas ou qui ne savent pas l'entendre. Seul souci... que me reste-t-il à lire pour cette fin d'après-midi ???

Juan
Hier soir j'ai rangé Souvenirs sans filet, le livre de Luce Buchheit après une lecture d' une semaine environ . Je lis le soir avant de fermer les yeux pour dormir . J'avoue que j'ai eu du mal durant une 30 taine de pages , les premières . Écriture que je ne connaissais pas . Puis au fil des pages et surtout dans ses intermèdes dont elle a le secret , elle m'a conquis . Les dernières pages hier soir furent très dures à lire , j'ai angoissé dans son univers parisien , avant c'était l'Algérie ...

Maixan
viens de lire "Souvenirs sans filet". LUCE BUCHHEIT .....si lucide.....si vivante...comme "ELEA BIZI" (parole vivante)..........et vraie à travers ses livres, approches réalistes... aussi touchantes que muries dans la contemplation du VECU (pas "convenu" mais libre,sans filet,.... empathique...si poétique........) MERCI LUCE , de nous faire voyager, rêver sur vos ailes lumineuses.... MERCI TIFENN LE NESTOUR pour les "Kangi (symbole de vérité-peur-paix ) Quel trio évocateur !!!! .BON VENT à "ELEA BIZI" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

EStelle
A propos de "Mythiques" de Corinne Leprêtre : Ce recueil de poèmes m'a envoûtée. C'est devenu instantanément un de mes livres préférés. Je ne me lasse pas de parcourir son univers. J'ai eu cette sensation rare de rencontrer une oeuvre d'art qui surpasse tout.

Françoise
7XUZV
J'ai terminé l e roman de Luce BUCHHEIT Souvenirs sans filet cette semaine et l'ai beaucoup aimé. Toujours beaucoup de sensibilité et de poésie dans les descriptions de la nature qui est a vraie respiration de l’auteure, la quête d'amour de cette mère trop distante, l'analyse lucide de ces années difficiles qui se terminent par ce que tout être humain souhaite : la conquête de la liberté. Il y a dans ce parcours des similitudes avec celui de Magyd Cherfi, fondateur du groupe Zebda, qui vient de sortir une autobiographie : Ma part de gaulois, sélectionnée pour le Goncourt. Ce qui les a sauvés tous les deux, c'est l'amour des mots. Comme lui, Luce Buchheit a baigné dans la schizophrénie de deux cultures et elle en a fait un atout, comme lui elle voue une admiration à sa mère, comme lui elle s’'intéresses aux autres et comme lui, elle termines son livre par le départ dans la vie . Tout cela ne va pas sans lutte ni sans souffrance, mais la jubilation de pouvoir être enfin soi n'a pas de prix.

Françoise
Avec"Souvenirs sans filet" Luce Buchheit a su faire parler le silence de toutes les solitudes d'une façon très belle et émouvante. Je l'en remercie.

Pascale
J’ai lu le livre Souvenirs sans filet à petites doses, chaque passage est un condensé d’histoire et de poésie. L’écriture est finement ciselée, musicale. L’auteure est une sorte de funambule qui surfe sur les t-erreurs humaines avec bienveillance, et rend l’humanité dans un monde gris.

Annie
I9DW2
‘’Souvenirs sans filet’’ me plaît par la présentation : aérée, un style que j’aime beaucoup, avec des mots riches où on sent de la profondeur. La trame est réaliste, c’est l’ambiguïté des sentiments mère-enfant. L’auteure a l’élégance de se mettre en retrait avant de dire ses propres sentiments vis-à-vis de la mère. Je l’ai lu très vite. Il y a de beaux tableaux de la nature, de pures descriptions artistiques. J’aime aussi les dessins de François Deruy dans leur apparente naïveté, et les idéogrammes japonais. J’aime relire ce livre pour suivre le cheminement de toute une vie.

François
‘’Souvenirs sans filet’’, contrairement aux préjugés que je pouvais avoir, peut toucher aussi bien les hommes que les femmes. Car la souffrance et les épreuves traversées peuvent être reconnues de tous. L’’écriture est concise, sans fioriture, et le récit ne sombre jamais dans le misérabilisme. Un roman hors du temps.

Pierre
HWY02
J’ai acheté ‘’Souvenirs sans filet’’, parce que je voulais y retrouver l’Algérie de ma jeunesse. Mais j’y ai retrouvé bien plus, Une histoire universelle, le constat que les petites et grandes blessures ne s’effacent pas. C’est un livre poétique et inoubliable.

arie france
Arrivée à la page 66, je me dis : ‘’ un régal’’ ! Mais en même temps je ressens tellement ce que l’auteure fait revivre....Ça me tord le ventre et je vois qu'on est bien toutes pareilles. Bravo pour le livre Souvenirs sans filet, pour son courage, son analyse et sa poésie

iSABELLE
Quel beau voyage où Luce Buchheit nous emmène, avec ‘’Souvenirs sans filet’’, le plus périlleux aussi, celui de ses souvenirs, de ses parents, de son enfance. Comme elle l'écrit, "parler d'une vie, c'est parler d'une multitude de vies." Alors moi, je vois mon enfance, mes parents et cette même incapacité de parler. J’envie l’auteure de pouvoir s’exprimer par le biais de l'écriture, oh combien, ciselée et sensible! Je n'ai pas encore fini la lecture puisque je l'ai commencée hier soir mais je pense que je l’aurai très vite achevé.

Bernard
9FAVZ
A-die de Luce Buchheit, je l’ai ouvert, je l’ai commencé, je l’ai achevé sans respirer, c’est un très beau livre

Gérard
Critiquer ‘’Souvenirs sans filet’’ : Travail bien difficile, le ressenti après l’avoir lu est tellement difficile à exprimer. J'ai été très bouleversé par cette lecture et ce pour toute les raisons que j'exprime sans doute bien maladroitement. Ce récit d’une vie de l’enfance à l’âge adulte est-il une biographie ? Oui sans doute, mais il va bien plus loin. Dans un style réaliste, sincère avec des mots justes et parfois déchirants l’auteur nous fait revivre tous ses moments d’enfance volée, même pas compensés ou si peu par une solidarité frère et sœur que l’on attend en vain au fil des pages. Chacun vit un quotidien monotone et terriblement cadenassé pour Luce en particulier. L’écriture de ce récit est très sobre, maîtrisée, mais si juste que l’on est pris par l’émotion du début à la fin. Les premières pages surprennent par l’alternance du récit entre la vie ancienne et le quotidien d’une femme qui a su malgré tout se reconstruire seule au fil des ans et qui nous donne à lire de temps en temps une page poétique de sa vie actuelle pour reprendre souffle avant de replonger dans son récit d’enfance volée avec de si rares moments d’espoir. Ah ! Que la Montagne est belle ! Ce cri revient comme un appel à ce qu’aurait du, qu’aurait pu être une enfance et une adolescence volée

Dominique
BHk1k
Captivant soliloque.Livre terre et ciel pour tous ceux qui aiment les merveilleux nuages . Livre des heures et des heurts d'enfance solitaire, énigmatique,étrangère.

Nicole
Les mots sont des images et des coups de pinceau. les situations sont des films et des tableaux. Ce n'est pas qu'une observation neutre, Luce Buchheit étudie les comportements mais au delà rentre dans l'âme de ses personnages. la qualité de l'expression rajoute une intensité permanente pour nous transporter au fond de ces êtres devenus singuliers. Nous leur ressemblons, ils nous ressemblent. Rien ni personne n'est banal. Luce Buchheit montre une fois de plus son immense respect pour l'être humain.

Charlotte
J'ai plongé avec passion dans le roman de Luce Buchheit "Souvenirs sans filet". j'ai adoré la construction du livre qui nous fait sans transition faire des sauts dans le temps entre un présent heureux au Pays basque et des époques d'enfance puis d'adolescence terribles entre lorraine et Algérie. Les personnages sont campés avec un talent étonnant par leurs paroles restitués (ah, les poncifs des la mère... ) et la narratrice m'a souvent émue aux larmes par son obstination de petite fille à se faire voir et aimer de parents froids et à briser la solitude dans laquelle elle vit.C'est un grand roman de résilience . Merci beaucoup!

Bachir
En ces temps d'horreur et de massacre, le petit livre ''Ils immigrent et puis après?'' de Luce Buchheit me rend un peu d'espoir dans l'humanité. Dans cet ouvrage très court, et bien écrit, elle s'élève contre toutes les exclusions et remet l'égalité des humains en lumière. Merci madame, j'ai parlé de votre travail autour de moi, vos mots ne resteront pas lettres mortes. Bachir

Iban
Je viens de terminer la lecture de Hitzemana. Interpellé par le nom de l'auteure, Luce Buchheit, elle n'est pas basque, je l'ai lu avec une attention critique. Je l'ai d'abord trouvé un peu désuet dans son lyrisme. Mais je me suis reconnu assez vite dans ce jeune garçon, Ion, à la sensibilité exacerbée. J'ai entendu la voix de mon père qui craignait que je ne sois une "poule mouillée," incapable de se défendre dans la vie. Ce livre est une belle galerie de portraits touchants, et réels, je l'ai refermé complètement ému, et je l'ai offert à mon amie.

Tifenn
http://www.eleabizi.com
Eleabizi est une maison d'édition découverte il y a peu pour moi. J'y trouve de la poésie, de la noblesse, des écrits littéraires et non commerciaux. Cela fait du bien de lire pour le plaisir de l'écriture, pour la qualité du récit, pour sa dimension artistique et littéraire. J'y voyage dans un univers fantastique, au sens où je parviens à m'extraire du réel et à rentrer dans un monde où la vie est transcendée. C'est beau et assez spectaculaire pour le noter!

Amandine
Amoureuse de mythologie grecque, je ma suis plongée dans la lecture de Mythiques, et j'ai été transportée bien au-delà du monde des Dieux de l'antiquité. Ce livre a le pouvoir de toucher même des personnes démunies de toute culture classique, par son souffle, sa puissance, ses images poignantes. L'édition Elea Bizi en a soigné la présentation,. Elle en a fait un ouvrage soigne, un objet-livre élégant. Bravo.

Suzanne Weiss
J'ai découvert qu'au 21ième siècle, une maison d'édition s'engage, de toute évidence, sans contrepartie financière, à éditer des poètes, et à le faire avec une grande exigence dans l'écriture, la qualité graphique, et dans une tentative de célébrer encore la vie au milieu d'un monde où sont célébrés la déconstruction, le sarcasme, l'ironie, la perversité. Bravo à Elea Bizi qui maintient le cap, et nous éloigne ainsi de la désespérance. Nous attendons d'autres oeuvres de qualité.

Séverine
Enfin, Elea Bizi est visible sur la toile ! Les infatigables éditrices qui depuis des années arpentent les salons de la région pour faire découvrir leurs ouvrages auprès d'un public toujours plus nombreux vont enfin pouvoir partager leur passion avec tous les passionnés de littérature et de poésie. Cette maison d'édition publie avec courage et enthousiasme poésie, roman, essais et maintenant après des spectacles de poésie vivante... Un ouvrage "phoétique" mêlant magistralement poésie et photographie. Petite mais tellement ambitieuse et courageuse dans ses choix, Elea Bizi nous montre le chemin. L'intégrité de leur démarche est gage de qualité et pour le lecteur exigeant, l'assurance d'emprunter des voies inexplorées et d'entendre de nouvelles voix... Enfin ! Bons vents à Elea Bizi !

Top